Retour à la liste des actualités

Mortalité embryonnaire précoce

Partagez cet article sur : Facebook Twitter Google Plus email
Mortalité embryonnaire précoce

Une des causes majeures de la diminution de la fertilité des vaches laitières hautes productrices : la mortalité embryonnaire précoce par déficit de progestérone (P4)
La progestérone est l’hormone de la gestation. Son rôle principal est de préparer l’utérus à recevoir l’embryon dans les meilleures conditions afin de préparer l’implantation (Entre J19 et J45 après IA).
Sécrétée principalement par le corps jaune, structure formée sur l’ovaire à la suite de l’ovulation, la progestérone est responsable de l’élongation des annexes de l’embryon (trophoblaste = futur placenta) qui favorise la survie de celui-ci.
En effet, 16 jours après l’insémination, sans message reçu par l’embryon, l’utérus va sécréter une hormone : la prostaglandine, pour détruire le corps jaune et ainsi démarrer un nouveau cycle.
C’est le moment véritablement critique pour ces animaux car si l’intensité du message est trop faible, l’embryon sera victime de la destruction du corps jaune par les prostaglandines et expulsé, sans modification de la cyclicité. On appelle ce phénomène, avec ces vaches qui reviennent systématiquement en chaleur, cyclées, après plusieurs inséminations, le repeat breeding.


Alors que faire avec ces animaux ?
Les femelles à risque sont principalement les fortes productrices (> 40 Kg lait) et celles avec un état corporel limité (NEC < 2).
Dans un premier temps, pour la mise à la reproduction, attendre que le taux protéique (TP) soit supérieur à 29 et en évolution positive, c’est le gage d’une balance énergétique favorable.
Des protocoles hormonaux sont également possibles pour stimuler la production de progestérone par le corps jaune et/ou créer un corps jaune secondaire (dans ce cas, voir avec votre vétérinaire).


Conclusion
43%, c’est le taux de mortalité embryonnaire précoce constaté, en race Holstein (pertes dans les 15 premiers jours de gestation après une fécondation réussie).
Il est donc important de bien cibler les animaux à risques afin d’optimiser la réussite à l’insémination.
Le service Suivi Repro d’Elitest peut être une solution intéressante sachant que, pour chaque élevage, pour chaque animal, la problématique peut être totalement différente.

Partagez cet article sur : Facebook Twitter Google Plus email
Retour à la liste des actualités

Facebook

Catalogue laitier
2019/2020

Nouveau catalogue laitier 2019-2020

Catalogue allaitant
2019/2020

Nouveau catalogue allaitant 2019-2020

Top Sélection Holstein

Nouveau Top Sélection Holstein Janvier-2020
Janvier 2020

Race
Vosgienne

Nouveau catalogue de la race Vosgienne 2019-2020
Catalogue Vosgien 2019-2020

Campagne
Races Allaitantes

Index Allaitants

Portail
éleveurs

Umotest - MyUMO
MyUMO